Lualaba : les membres du gouvernement provincial dénoncent les détracteurs de Muyej

Richard Muyej Mangeze Mans, gouverneur de la province de Lwalaba

Dans la province du Lualaba, le succès que remporte le gouverneur de cette nouvelle province sur le plan des actions concrètes n’enchante pas tout le monde. Le gouvernement provincial du Lualaba vient, par un communiqué servant de mise en garde, de dénoncer à travers un message de soutien au gouverneur de province, Richard Muyej Mangeze Mans, ces « ennemis de la paix et du développement de la province » qui utilisent « plusieurs tactiques sournoises dont la visée est la paralysie de l’élan de développement qu’a pris cette entité et qui suscite haine et jalousie ». Il s’agit, selon les signataires du message, « des montages caricaturés autour de ce digne fils plein d’abnégation qui a réussi à fédérer et à mettre sur le rail, le train de l’espoir d’un peuple ayant vécu des moments sordides pendant plusieurs décennies en tant qu’’’oublié’’ ».

Pour ces « politiciens opportunistes en mal de positionnement visant plus à satisfaire leurs intérêts égocentriques que le bien-être de la population, chère à celui que les Lualabais appellent affectueusement Papa Solution », les 18 signataires du message de soutien promettent « des réactions fortes pour mettre hors d’état de nuire ces ennemis du Lualaba qui ne jurent que par l’échec de l’action du Gouvernement ».

« Nous voulons ici rappeler à toutes ces brebis galeuses que Son Excellence Monsieur le Gouverneur Muyej Mangeze Mans à qui nous exprimons notre indéfectible attachement a été porté à la tête de la Province par une victoire électorale écrasante pour un mandat dont la durée bien déterminée leur laisse le temps de se préparer pour accéder démocratiquement au poste tant convoité. Pas besoin pour eux d’user des voies malhonnêtes et immorales », concluent-ils.

Qui sont ces détracteurs visés, s’interrogeraient les lecteurs. En faisant le recoupement, ils sont facilement identifiables. Il s’agirait d’anciens gestionnaires de la grande province du Katanga qui n’ont jamais digéré la perte de cette poule aux œufs d’or qui a permis à certains affairistes de s’autoproclamer millionnaires. A l’accession de Richard Muyej à la tête de la nouvelle province, d’abord comme commissaire spécial ensuite comme gouverneur de la province, le Lualaba ne reflétait pas l’image d’une poule aux œufs d’or et n’avait aucune perspective de développement, sa richesse étant directement orienté vers le sud par des moyens de transport imposés par ces nouveaux donneurs de leçons. Son chef-lieu, Kolwezi, était dans l’obscurité, les routes en très mauvais état, la ville elle-même transformée en jungle où les producteurs (artisanaux et de société) de cobalt et cuivre se comportaient en gangsters qui n’avaient que des droits et que faire de la population. La farine de maïs, principal aliment de la population, était négociée aux prix fort par les puissances politiques qui se servaient de leurs productions venant de la Zambie.

Actuellement, cette image, c’est du passé, me dira un habitant de Kolwezi. Kolwezi by night, Kolwezi by morning est plus belle qu’avant et bien sécurisée. Les routes, les grandes constructions des bâtiments administratifs et des centres d’affaires sont visibles ; Kolwezi n’est plus seulement un lieu des négoces pour les minerais, mais aussi une ville touristique. Fungurume, Lubudi, Dilolo et bien d’autres centres du Lualaba sont en train de changer de physionomie. L’agriculture mécanisée, les voies de communication constituent des chantiers qui évoluent à grand pas de sorte que les frontières avec la Zambie et l’Angola pourraient bien profiter prochainement aux populations en termes d’échanges et d’affaires.

T.L.

Laisser un commentaire