L’UDPS multiplie ses meetings guerriers et lance ses médias de la haine

Quand Hitler Adolph a pris le pouvoir à la tête du Troisième Reich en 1933, l’opinion tant nationale qu’internationale était distraite et a laissé agir la machine hitlérienne et le recrutement des jeunesses dans un lavage des cerveaux qui a abouti à la mise en place des services de propagande et de torture au profit du Führer Adolf Hitler. Toute la machine de propagande hitlérienne s’est mise en marche présentant les Juifs comme étant les auteurs des malheurs et des souffrances du reste de la population allemande. J. Goebbels s’est mis à la tâche et H. Himmler a accompagné cette campagne par le recrutement de la jeunesse au sein de la Waffen SS, une milice de la mort.

Les conséquences de cette campagne hitlérienne ne s’étaient pas faites attendre,  la deuxième guerre mondiale accompagnée du génocide du peuple juif.

Quand en 1993 et 1994, la propagande s’est emparée de la Radio Télévision Mille Collines (RTLM) pour faire des appels au meurtre contre les populations tutsis et hutus modérées, la communauté internationale a laissé faire, et les conséquences ont été le génocide rwandais qui a déstabilisé toute la région des Grands Lacs d’Afrique.

En République Démocratique du Congo, à la 10ème rue où se trouve le siège du parti présidentiel, Udps Tshisekedi,  aucune leçon de l’histoire ne veut être tirée. Chaque jour qui passe, des meetings sont tenus jusque tard la nuit sous des lampes allumées dans les différentes communes de la capitale sous les drapeaux et hymne de l’Udps où des discours de haine contre le FCC et les anciens dirigeants sont prononcés à profusion. Des appels au meurtre et aux violences sont lancés ; certains propagandistes de ce parti sont même habillés en gladiateurs, une façon de dire qu’ils sont prêts pour l’attaque. Ils sont relayés dans les réseaux sociaux (youtube, face book, tweeter…) par une équipe numérique organisée pour une large diffusion de leurs messages de guerre suivis d’insultes de tous ordres contre leurs supposés ennemis.

Tout cela se fait avec la bénédiction du chef de l’Etat qui laisse faire et utilise son parti et les conducteurs des motos dénommés wewas pour des sales besognes. On les a vu envahir le Palais du peuple, siège du parlement et agresser impunément des députés jusqu’à piller leurs domiciles. Les dirigeants du parti présidentiel ne se gênent pas de lancer des discours de guerre et de haine étant sûrs de leur impunité. Où va le Congo ?

Wa Tshitadi

Laisser un commentaire